About    Tour Dates    Connect  

When a bassist solo project is called "Marteleur", can it only hit and rust out? Let us set aside this false image of a blacksmith. He changes his "four strings" for the baritone guitar, an hybrid instrument. And then start pounding smoothly. Or rather, let Marteleur support its catchy rhythm in loops. Let him set his riffs, build his melodic frame and polish tirelessly electric atmospheres to see rising "Chamber noise" instrumental music. But do not forget that Marteleur is primarily a bassist. The minimalist atmosphere does not stay long. He use it to assemble its musical elements in long progressions, to build music that fly off and that we will look over the waves. This second album of Marteleur "My Anvil Is My Tuning Fork" so consistently extends his work as a builder began with "First Blows" in 2007. A laboratory that has as simple utensils a "looper" and "distortion" pedal but where research raises, throughout each piece, new elixirs. Quand le projet solo d’un bassiste s’appelle « Marteleur », cela ne peut que cogner et déglinguer ? Ecartons cette fausse image de forgeron. Rangeons la « quatre cordes » et troquons la pour une guitare baryton, un instrument hybride au son plus grave. Et là, commençons à marteler en douceur. Ou plutôt : laissons Marteleur appuyer ses rythmiques en boucles entêtantes. Poser ses riffs, construire sa trame mélodique et polir inlassablement les atmosphères électriques pour voir s’élever un son aux allures de « Chamber noise ». Mais n’oublions pas que Marteleur est d’abord un bassiste. Les ambiances minimalistes ne le restent pas longtemps. Elles lui servent à assembler ses éléments musicaux dans de longues progressions, à construire des morceaux qu’il laissera s’envoler et que l’on regardera s’étioler au fil des ondes. Ce second album de Marteleur « My Anvil Is My Tuning Fork » prolonge donc avec cohérence son œuvre de bâtisseur entamée avec « First Blows » en 2007. Un laboratoire qui a pour simples ustensiles, une pédale « loop » et une « disto » mais où la recherche fait naître, au fil de chaque morceau, de nouveaux élixirs.